Chroniques solutions

Choisir un bon chaton chez un bon éleveur

Dans cet article sur le choix d’un chaton, nous nous attarderons uniquement sur l’aspect comportemental. Les autres critères comme la condition médicale sont toutefois tout aussi importants. Certains conseils partagés dans cette chronique peuvent aussi être suivis même s’il s’agit de chatons choisis en refuge; cependant, un tel environnement peut fausser l’évaluation.  

 

Si le chaton convoité est offert par un éleveur ou un particulier, assurez-vous d’obtenir les réponses aux questions suivantes.

  1. À quel âge l’éleveur laisse-t-il partir ses chatons?

Un éleveur consciencieux ne laissera jamais ses chatons quitter le nid maternel avant l’âge de 12 semaines et, idéalement, 14 semaines. D’ailleurs, vous pouvez exiger que l’éleveur laisse votre chaton auprès de sa mère jusqu’à l’âge de 14 semaines. Évitez d’adopter un chaton qui sera séparé de sa maman avant la 10e semaine, et posez-vous de sérieuses questions sur celui qui ne voudra pas respecter une période de 12 semaines. Malheureusement, au Québec, la croyance populaire veut qu’un chaton soit sevré dès sa 8e semaine, donc qu’il puisse être séparé de sa mère. Or, ce n’est pas toujours le cas. La principale raison justifiant qu’un chaton doive rester auprès de sa mère au cours des 14 premières semaines de sa vie consiste à s’assurer qu’il adoptera un bon comportement à sa maturité. En effet, c’est entre la 5e et la 14e semaine que la mère enseigne à ses chatons à bien communiquer avec les autres chats, à jouer et à chasser, mais surtout à contrôler ses émotions, à apprendre à ne pas mordre trop fort lors des séances de jeux, à tempérer ses moments d’euphorie et à devenir un chat capable de bien composer avec le stress et l’anxiété.

Si le chaton que vous choisissez a été retiré de sa mère avant sa 14e semaine, il peut avoir de la difficulté à contrôler ses émotions, être peureux, antisocial, agressif, mordeur, ou encore ne pas avoir appris à composer avec l’anxiété, et donc uriner un peu partout dès qu’il y a le moindre changement dans la maison. Il faut aussi garder en tête qu’une mère ne peut pas donner ce qu’elle n’a jamais eu. De là l’importance d’en savoir aussi le plus possible sur le tempérament et la personnalité de la mère.

IMPORTANT : Aucune raison médicale, comportementale, liée à la race ou tout autre motif ne peut justifier la séparation d’un chaton de sa mère avant sa 14e semaine, et ce, même s’il reste chez l’éleveur durant cette période. Bien qu’il existe des exceptions, cela ne doit pas être une pratique systématique de l’éleveur.
 

  1. L’éleveur est-il membre d’une association?

Ne vous laissez pas impressionner par les prix décernés par des associations/organisations félines que l'éleveur a gagné au cours de sa carrière, car ils ne font qu'indiquer que celui-ci a eu de beaux chats dans ses lignées. Rien de plus, rien de moins. L'appartenance à une association ne garantit aucunement la qualité de l’élevage. Cependant, le simple fait qu'un éleveur ne prenne pas la peine de s'inscrire auprès d'une association importante peut indiquer d'autres lacunes très importantes. Sachez que les papiers d'enregistrement peuvent être facilement falsifiés. Prenez note du nom de l'éleveur d'où proviennent les chats reproducteurs. Vous pouvez le contacter pour confirmer la validité de l'enregistrement.
 

  1. Quel est le chat de mes rêves?

Avant de visiter l’éleveur, il est suggéré de mettre sur papier, par ordre d’importance, les principaux comportements que vous désirez retrouver chez votre futur chat. Préférez-vous un chat actif qui n’a peur de rien, car vous avez des enfants à la maison? Sinon, souhaitez-vous offrir votre toit à un chat calme et peu turbulent? Voulez-vous un chat « colleux », ou préférez-vous plutôt un chat plus autonome, car vous êtes souvent sur la route? Votre chat doit-il être très sociable et à l’aise avec les étrangers, ou cela vous importe peu, car vous vivez seul et n’avez jamais de visiteur? Faites votre liste et demandez à un ami de vous accompagner chez l’éleveur en lui remettant cette dernière. Trop souvent, les gens se laissent attendrir par la beauté ou par la couleur d’un chaton et font fi de leurs critères de sélection, allant même jusqu’à choisir un chaton qui est tout à fait le contraire de ce qu’ils voulaient au départ. Votre ami, n’étant pas attaché émotionnellement à votre choix, aura comme tâche de vous rappeler vos critères de sélection. En oubliant votre liste, il se peut que vous ne soyez pas heureux avec votre nouveau compagnon, car il ne satisfera pas vraiment les critères que vous cherchiez chez un chaton et, par conséquent, celui-ci ne sera pas vraiment heureux chez vous.
 

  1. Les chatons grandissent-ils dans un environnement adéquat?

Chez l’éleveur, observez l’environnement et le comportement des autres chats présents dans la maison. Ils doivent être curieux et venir vous voir, à tour de rôle. Privilégiez les élevages pratiqués dans un milieu familial comprenant des enfants, un homme, une femme et même d’autres animaux. Car c’est en bas âge que le chaton est désensibilisé à tout genre de situations, d’événements et de personnes. Les chatons qui proviennent d’une éleveuse célibataire, sans enfant, et qui n’a pas souvent de visiteurs peuvent avoir de la difficulté à s’adapter à un environnement avec des enfants, voire même un homme, simplement parce qu’étant jeune, il n’en a jamais vu. L’environnement où a grandi votre futur chaton doit offrir beaucoup de hauteurs et d’arbres à chat, et plusieurs chats doivent vivre en liberté. Il est normal que certains mâles reproducteurs doivent demeurer en cage. De plus, les chatons en très bas âge doivent être isolés avec leur mère pour des raisons de santé. Sinon, tous les chats doivent être libres dans la maison afin de développer leur sociabilité. Un chaton élevé dans un enclos ou dans un édifice distinct ne peut comprendre la réalité du quotidien de l’humain; c’est pourquoi il peut souffrir de lacunes sociales.
 

  1. L’importance de rencontrer la mère

Vient le temps de choisir votre chaton. Si possible, ne choisissez pas votre chaton avant sa 5e semaine, car il est très difficile de déterminer son comportement futur. D’abord, attardez-vous sur la mère. Sachez que 80 % des comportements de la mère seront reproduits par ses chatons. Si la mère se cache, qu'elle est agressive ou qu'elle est peureuse, il y a de fortes chances que ses chatons le deviennent aussi. Par contre, si elle vient vous saluer sans hésiter, qu'elle se colle sur vous et qu'elle joue avec vous, les chances sont favorables à ce que vous retrouviez ces comportements chez ses chatons.
 

  1. Le caractère des différents chatons de la portée

Par la suite, demandez à l’éleveur quel est le chaton qui, dans la portée, est sorti en premier du nid. Quel chaton a tenté de monter en premier sur la chaise ou de grimper dans l’arbre à chat? Quel chaton semble le plus courageux et le plus aventurier? Lequel se met souvent dans de drôles de situations? Ce chaton-là est souvent celui qu’on appelle « le premier de classe ».  La portée compte aussi des « milieux de classe », c’est-à-dire ceux qui suivent de près et qui répètent, à leur rythme, les comportements adoptés par le premier de classe. Finalement, il y a le petit dernier, soit celui qui est toujours en retrait et qui est le plus craintif. Ce « dernier de classe » n’est pas un mauvais chaton : bien au contraire!  Chaque chaton présente des avantages et des inconvénients.
 

  1. Un test d’évaluation simple et pratique

Ce test, qui n’a rien de scientifique, est simplement un outil pour vous aider à faire votre choix.  Les résultats peuvent changer drastiquement entre la 5e et la 14e semaine, et les petits de moins de 5 semaines sont trop jeunes et trop craintifs pour subir une telle évaluation.

Asseyez-vous sur le sol, parmi les chatons, et laissez tomber votre trousseau de clés derrière le chaton convoité alors qu’il ne regarde pas dans votre direction.

  • Il sursaute et s’enfuit à l’autre bout de la pièce, sans même regarder les clés : 

Il s’agit souvent du « dernier de classe ». Puisqu’il aime la routine, il sera très heureux auprès d’une personne âgée ou d’une personne vivant seule dont les habitudes de vie ne changent pas beaucoup; étant d’une nature plus calme, il est plus sujet à devenir un « colleux », cherchant une certaine sécurité auprès des humains qu’il côtoie. Cependant, il n’est pas conseillé de le jumeler avec une famille ayant des enfants turbulents et des chiens, avec une personne qui reçoit beaucoup de visiteurs ou avec une personne qui n’est ni souvent à la maison, ni routinière, ou dont l’horaire de travail change souvent.

  • Il sursaute, s’éloigne, puis revient assez rapidement afin de sentir les clés :

C’est un « milieu de classe ». Le temps qu’il prend avant de revenir sentir les clés vous indique s’il se situe plus près du premier ou du dernier de classe. Bien qu'il soit généralement prudent, il est aussi curieux et aime explorer son environnement. Il peut donc s’adapter à plusieurs situations. Il est le compagnon parfait des familles actives ayant des enfants responsables, ou des professionnels recherchant un chat à la fois calme et enjoué, qui aimera la présence de visiteurs.

  • Il sursaute à peine, se retourne presque instantanément vers les clés pour les sentir, puis s’en désintéresse ou se met à jouer avec elles :

C’est le « premier de classe ». Il sera heureux auprès d’une famille active, avec des enfants ou d’autres animaux avec lesquels il pourra jouer et dépenser son énergie. En principe, il ira à la rencontre des étrangers et réagira bien lorsqu’il y aura des changements dans son environnement. Généralement, il est plus indépendant et plus indiscipliné, donc plus difficile à contenir. Cet explorateur grimpera partout et fera tout tomber : il est donc déconseillé aux personnes âgées ou à celles désirant un chat calme et posé.
 

  1. Il est venu me voir en premier!

Mais qu’en est-il de cette tendance à choisir le premier chaton qui vient nous voir? Beaucoup prétendent avoir été « choisis » par leur petit compagnon. Or, la plupart du temps, c’est le premier de classe qui vient voir les visiteurs en premier, car il est le plus curieux et le plus aventureux. Un premier de classe vous convient-il vraiment?
 

  1. Mon chaton est enfin à la maison!

Il est important de savoir que l’environnement et les expériences de vie du chaton détermineront aussi son caractère. Donc, une fois l’adoption terminée, votre travail ne fait que commencer.

Étant dans sa période de socialisation secondaire, vous devez exposer votre chaton à plusieurs situations et à plusieurs événements, et il doit rencontrer le plus grand nombre de personnes possible; ces expériences doivent être agréables et positives. Par exemple, utilisez les gâteries et le jeu pour créer une association positive avec le visiteur qui sonne à la porte et qui entre dans la maison. Évitez que les enfants ne lui tirent la queue ou qu'ils ne le pourchassent en émettant des cris, car cela peut créer une association négative liée aux enfants.

Ne tombez surtout pas amoureux de la couleur ou de la beauté d’un chaton : il ne restera pas petit éternellement! En choisissant un chat dont le comportement correspond à vos besoins, vous faites un choix responsable qui vous rapportera à long terme. Sans oublier que « chaton devenu grand » ronronnera dans vos oreilles pour de nombreuses années.

Soyez informé des nouvelles dates de formation